Si vous me suivez un peu sur Instagram vous savez que j’use et abuse de la double-exposition. Mais avant d’avoir pu en profiter il m’a fallu mener des recherches pour apprendre comment cela fonctionne.

L’idée de ce petit dossier est simple, regrouper et centraliser de manière claire les méthodologies. Et cela quel que soit le type d’appareil photo argentique que vous possédez. Je n’ai pas pratiqué toutes les techniques, néanmoins je souhaite vous présenter un large éventail afin de vous faciliter l’expérience.

fair de la photo argentique en double-exposition

La méthode la plus simple, trouver un appareil adapté

Et elle est applicable aux différentes catégories de boitiers. Il suffit de trouver un appareil photo prévoyant une fonction pour créer la double-exposition. C’est le cas par exemple avec le Canon A1 que je possède. Un petit levier bloque automatiquement le film pour sur-imprimer l’image.

Pour vous aider, voici quelques exemples qui proposent un mode MX

compacts

télémétrique

reflex

Le cas de la camera toy

camera tou photographie argentique

Peu cher car souvent en plastique et limité en réglage, c’est l’outil idéal des débutants pour être créatif. Que cela soit en 110, 135 ou 120 mm il en existe une multitude, chacun avec une particularité.

Pourquoi en parler ?

Étant économique et rudimentaire il ne possède aucun moteur ni mécanisme de blocage lors de la prise. De ce fait il est simple de créer une double-exposition. Vous faites 2 photos sans avancer la pellicule avec la molette et voila vous avez fait une double-exposition :).

Le fabricant Holga en est l’un des ambassadeurs, je possède d’ailleurs un modèle de la marque que vous pouvez découvrir sur le blog: Lire la revue du Holga TLR 135

Sinon si vous vous y connaissez en appareil photo et que vous savez quel format vous voulez adopter, vous pouvez passer directement par Ebay pour trouver votre bonheur.

Voir les modèles de la marque Holga sur Ebay

La double-exposition avec un 35 mm

Attention: Une caméra avec un système récent d’avancement électrique peut ne pas convenir. L’avancement étant bridé par son moteur, difficile de le retenir sans endommager la mécanique. Mais il est quand même possible de faire de la MX, si le constructeur le permet via un mode dédié.

A) Composer immédiatement en débloquant le rouleau

Elle fonctionne avec la majorité des 35 mm du marché. Elle est utile pour composer une photo immédiatement. Ainsi pour comprendre comment cela fonctionne suivez le tutoriel suivant:

  1. Après avoir pris votre première image, déployez la manivelle de rembobinage et tournez cette dernière légèrement vers la gauche pour être sur que le film est tendu (sans forcer !).
  2. Maintenez la manivelle pour qu’elle ne bouge pas pendant l’opération.
  3. Appuyez sur le bouton (en dessous de l’argentique) débloquant le rembobinage de la pellicule comme vous en avez l’habitude.
  4. Armé de nouveau l’appareil photo comme pour faire une nouvelle image. À ce moment la manivelle sera bloquée par votre doigt retenant le rembobinage, et avec l’autre main vous rendez possible l’armement d’une autre photo.
  5. Déclenchez !

Testé et approuvé.

Je l’utilise régulièrement que cela soit avec mon Canon AE-1 ou un autre SLR fonctionnant avec la même mécanique. Respectez surtout la partie 1 et 2 et ça se passera bien.

B) Composer en différé en réutilisant la pellicule

Le principe est simple, faire sa pellicule normalement et au moment de la rembobiner ne pas le faire entièrement. Dans le but de pouvoir replacer le film dans l’appareil une seconde fois. Ce qui offre naturellement une image sur-imprimé à chaque prise.

Le danger sera d’avoir un décalage entre le premier passage et le second, ce qui risque de “couper” l’effet au milieu des photos.

L’astuce consistera au moment de la 1ère installation, de prendre un marqueur  délimiter le cadre du premier cliché. En faisant cela vous pourrez remettre la pellicule en l’alignant correctement. Attention, il est recommandé de le faire avec la même camera, pour éviter un décalager entre la phase 1 et 2.

Testé et approuvé.

C’est lors de la découverte du Lomography Simple Use Camera que j’ai eu l’utilité de pratiquer cette méthode avec un appareil en plastique. Le principe marche simplement, ma seule difficulté venant de la fragilité du boitier jetable.

L’avantage de la méthode A est que vous pourrez jouer immédiatement avec votre (vos) sujet(s) ou avec le décor à votre portée. La méthode B est idéale pour varier les environnements et les moments de la journée (ex: Les néons du soir et un portrait en matinée).

Pour vous aider voici une vidéo tutoriel regroupant les 2 méthodes

Pour ne rien louper du blog, il te suffit de t’inscrire à la newsletter !

Exécuter le même effet avec un ancien Polaroid

Nul besoin d’ouvrir son portefeuille pour acheter un boitier adapté, il existe encore une fois 2 méthodes pour jouer avec la double-exposition.

A) Polaroid 600 : Utiliser le logement de la cartouche

Il est possible d’empêcher l’éjection de la photo lors de la prise. Pour cela il faut juste faire preuve d’un peu de coordination ;):

  1. Pré-ouvrir le logement de la cartouche et le maintenir
  2. Prendre la photo et simultanément laisser tomber le capot du logement
  3.  La photo ne sortira que très légèrement de la cartouche. Il vous faudra la repousser dans son logement, complétement, à l’aide d’un objet aussi fin qu’une carte bleu.
  4. Refermer le capot.
  5. Prendre la photo normalement et laisser faire l’éjection.

Testé et difficilement approuvé.

J’ai eu du mal à l’appliquer. Au moment de la partie 3 j’ai mal remis la photo, bloquant toute la cartouche. Aucune photo n’est sortie et même en la retirant manuellement, la cartouche ne répondait plus. À 25 euros (fdp compris) c’est douloureux. Il faut donc recommencer en prenant le risque de perdre une nouvelle cartouche.

B) Polaroid Spectra/Image: Jouer avec le déploiement

C’est une petite astuce des modèles de la gamme Spectra, il est possible via une petite manipulation, de produire de la double-exposition.

Pour cela rien de plus simple:

  1. Il suffit au moment de la prise, de maintenir le déclencheur sans le relâcher.
  2. Replier l’appareil toujours en maintenant le déclencheur
  3. Relâcher le bouton
  4. Ouvrir l’appareil et reprendre une photo normalement en laissant la photo sortir.

Vous l’aurez compris, la pression maintenue sur le déclencheur empêche la photo de sortir. Cette méthode est la plus simple à appliquer sur le terrain.

Non testé.

Je n’ai pas encore cédé au format Spectra, mais ça ne saurait tarder :).

Expérimenter, bidouiller, composer, s’améliorer

Les différentes façons que j’ai mises en avant vont demander une certaine prise en main, vous aurez surement des échecs au début. Mais c’est en cela que l’on progresse. Osez vous lancer sans filet et ce n’est pas grave si vous échouez. Si la photographie en double-exposition est une nouveauté totale pour vous, il va vous falloir apprendre à  anticiper le résultat que vous souhaitez.

Pour cela une bonne projection est la clé. Oubliez jamais la règle d’or, les zones d’ombres de la première image font ressortir les éléments de la seconde.