Cela fait un moment que je n’ai pas mis la main sur un appareil avec une visée poitrine. D’autant plus que le Exa 1b en revue aujourd’hui est un appareil très accessible pour le portefeuille, un bon point de départ. Dans le segment du 35mm le seul que j’ai manipulé avec la même approche c’est le Edixa Reflex, il servira donc de point de comparaison ! Les 2 se trouvent de plus dans la même fourchette de prix.
revue du ihagee exa 1B

Avant de démarrer le point histoire.

Je ne vais pas vous embêter longtemps avec cela, surtout qu’une simple recherche Google vous donnera des informations complémentaires. Néanmoins je souhaite vous rappeler l’importance que le constructeur Ihagee eu sur l’industrie de l’argentique. Comme l’entreprise est morte on oublie qu’elle fut pourtant une pionnière. Par exemple c’est elle qui créa le 1er reflex avec visée directe ! 1er Reflex avec une grande ouverture de F/1,9 ? 1er reflex avec un obturateur allant jusqu’à 1/1000s ? 1er appareil photo au format 24×36 ? Toujours Ihagee.

Vous l’avez deviné la marque Germanique était dans le haut de gamme, un fleuron du secteur depuis sa création en 1908. Seulement comme pour Wirgin, la montée du nazisme força la famille fondatrice à fuir le pays car d’origine Néerlandaise et juive. Toujours dans la même veine que leur concurrent, les créateurs reviendront après la guerre et reprendront du service. Seulement la concurrence Japonaise sera tellement puissante qu’ils intégreront le conglomérat Pentacon partiellement puis totalement jusqu’à fermeture.

L’exa 1 intervient sous l’ère Pentacon, il est d’ailleurs par certain pas considéré comme un véritable héritier de Ihagee. Car à ce moment précis la société de Dresden ne cherchait plus à perpétuer l’héritage prestigieuse des Steenbergen (les fondateurs de la marque), mais simplement de sauver les meubles en fabricant des appareils à faible coût.

Du point de vue de la fiche technique.

  • Dimensions:  12,5cm de longueur x  8,5cm de hauteur x  4,3cm de profondeur.
  • Poids:  561gr (nu)
  • Optique / Monture: M42
  • Focus minimum: Dépend de l’optique
  • Obturateur: 1/30s à 1/175s + Bulb
  • Ouverture: Dépend de l’optique.
  • ISO: 100 à 400 asa
  • Autofocus: Non
  • Flash: Non
  • Retardateur: Non
  • Batterie: Aucune

Exa 1a, 1b et 1c: Ou est la différence ?

Erreur stratégique dans la production de l’appareil ? Pour correspondre au mieux à la demande, Exakta eu la nécessité de modifier par 2 fois son appareil photo. Ainsi il existe 3 variantes que l’on peut décrypter de la manière suivante:

  • Exa 1a: Fonctionnant avec la monture maison de la marque Gorlitz. Problème, la production fut stoppée.
  • Exa 1b: C’est dans ce contexte que sort le “B”. Ce dernier passera au M42, beaucoup plus populaire !
  • Exa 1c: Le dernier de la bande garde la monture 42mm mais choisira un corps en plastique afin d’alléger le poids de la bête.

Comme le Edixa Reflex la visée est modulable !

C’est le premier point fort du modèle, si vous voulez alterner entre un viseur direct et indirect, le Exa 1b le permet. Ce dernier est détachable avec une simple manipulation. Ce qui vous permettra de vous adapter en fonction des situations.

revue du ihagee exa 1B, ici avec viseur poitrine.

Déjà limité techniquement pour l’époque.

Vous vous rappelez que j’ai dis de la marque Ihagee qu’elle était pionnière en matière de vitesse avec un obturateur de 1/1000s avant l’heure ? Et bien vous prenez l’info et vous pouvez la jeter par la fenêtre. En effet les Exa sont des boitiers faits pour être très peu onéreux à la fabrication. C’est donc une mécanique usée et dépassée qui prend place, avec une valeur max de 1/175s !

revue du ihagee exa 1B

Monture universelle, mon cul !

Si vous lisez mon blog vous savez que j’aime le concept de la monture universelle pour son aspect économique. D’ailleurs le choix du modèle B et non A était motivé car je possède toujours l’objectif Xenar en M42 que j’avais obtenu en testant le Edixa Reflex.

Malheureusement pour moi je me suis cassé la gueule en oubliant un détail… Le pas de vis de l’objo est trop long ! Résultat ce dernier cogne joyeusement sur une pièce actionnant le volet d’obturation. Impossible de prendre une photo, donc. J’ai du me rabattre sur un autre modèle moins profond en la personne du Helios 44-2.

Si vous avez un parc d’optiques il faut donc y penser avant de vous lancer dans l’achat.

revue du ihagee exa 1B

Petit comparatif entre les deux M42 dont je parle. Un rapide regard au dessus montrera la différence de profondeur et de largeur du pas de vis.

revue du ihagee exa 1B

La pièce en question et celle formant un demi arc de cercle sur la partie basse.

Sur le terrain.

Un chargement qui demandera de prendre son temps.

Pour mettre en place la pellicule il est nécessaire de l’ouvrir en deux en pivotant simplement le cercle sur la gauche. Le rouleau de blocage du film est détachable vous permettant de faire la manipulation facilement. Aucun problème donc mais vous aurez vite les mains encombrées si vous faites cela dans la rue debout.

revue du ihagee exa 1B

Photo du mécanisme de déblocage du dos situé sous l’appareil.

revue du ihagee exa 1B

Une visée confortable pour le format.

C’est un bon point, même si on reste loin de la largeur des viseurs chez les moyens formats, le Exa 1b est suffisamment confortable pour un cadrage et une mise au point correcte. Il est légèrement plus large que le Edixa au passage et je trouve plus simple de faire les réglages lorsque le regard est éloigné du viseur.

Mais pour être certain de ne pas raté le focus surtout avec un spectre réduit, il dispose aussi d’une loupe pour approfondir le sujet.

revue du ihagee exa 1B

Visée sans la loupe.

revue du ihagee exa 1B

Visée avec la loupe de précision. 

Une prise en main adaptée pour le viseur poitrine.

Loin d’être mauvaise, la prise en main pour un emploi au niveau du torse est aisée. Le format rondouillard du Exa 1b aide au maintien, et le déclencheur se situant en façade participe à une utilisation rapide.

revue du ihagee exa 1B

L’autre avantage du positionnement est que dans la rue on vous soupçonne pas de la prise d’une photo. Le doigt étant pas au dessus comme de coutume, les passants pensent que vous allez pas prendre la photo durant leurs passages.  

Par contre si vous cherchez à l’utiliser avec la visée directe ça sera une autre paire de manche. Il lui manque une poignée GRIP pour un bon maintien, surtout en gardant le doigt sur le bouton. Le poids du corps métallique contribue aussi dans cette direction.

revue du ihagee exa 1B

Petite feature pour terminer qui est toujours utile, la présence d’un bloqueur pour le déclencheur. 

De 100 à 400 ASA… Mais surtout 100.

Comme exprimé dans la première partie la limitation à 1/175s va peser dans les réglages, vous obligeant à finalement l’utiliser en priorité ouverture. Mais même de cette manière il sera dur de faire face à toutes les situations si vous allez au-delà de 100. Des 200 vous aurez du mal agir en plein soleil avec les réglages à fond.

Autre conséquence même avec la valeur la plus faible, il sera dur de travailler le bokeh pour les portraits. Sauf si bien entendu vous pouvez contrôler votre environnement, en studio par exemple.

Dans tous les cas si vous partez sur du 400 ASA pour travailler en basse luminosité, vous aurez intérêt de terminer le film.  Dans le cas contraire il vous faudra soit acheter un filtre ND adapté ou reprendre le travail dans la même situation.

Sans batterie donc sans posemètre.

CQFD vous me direz, mais je dois le préciser. Il faudra trouver un modèle extérieur ou télécharger une application dédiée sur votre smartphone.

Exemples.

Réalisé avec une pellicule Ilford Pan 100.

revue du ihagee exa 1B
revue du ihagee exa 1B
revue du ihagee exa 1B

Mon opinion sur le Exa 1B.

Soyons honnête si il était pas peu cher il ne serait pas aussi tentant, à condition de ne pas dépasser les 40 euros pour le corps sans objectif. La faute surtout à son obturateur trop limité empêchant un emploi dans toutes les situations.

Son viseur modulable par contre est un vrai plus car il offre une polyvalence agréable. Suffisamment confortable en mode poitrine il est utile pour les portraits pour 2 raisons. Primo une visée basse grandit votre modèle et la rendra plus “importante”, secundo si le sujet est timide un regard indirect peut aider à décrisper.

Aussi son format est relativement compact donc agréable à transporter, le poids bien que présent est en rien handicapant sur une longue session.

Quelques alternatives.

Trouver le Exa 1b sur eBay.