Avant de commencer, je tiens à remercier Manon qui est la propriétaire du Ricoh FF-8WR. Elle est également la photographe à l’origine de mon avatar, n’hésitez donc pas à visiter sa page Instagram.

Reprenons, ma volonté du jour est de vous présenter une alternative au Nikon AF-600, ténor des compacts argentiques avec fonction panoramique. Bien plus abordable et modeste, le sujet du jour est assurément pas le plus demandé sur le marché. Mais il possède néanmoins des qualités qui peuvent susciter votre envie de l’obtenir. Suivez le guide ! 

revue du ricoh ff-8wr

La fiche technique du Ricoh FF-8WR

  • Dimensions: 11 x 6,7 x 3,6 cm
  • Poids: 201 g nu
  • Optique / Monture: 28 mm
  • Mode : Auto, Panoramique
  • Focus minimum: 0.8 m
  • Obturateur: 1/4 s 1/400 s
  • Ouverture: f/4.5
  • ISO: 100-1600
  • Autofocus: Oui
  • Flash: Interne
  • Retardateur: Oui 10 s
  • Batterie: CR123

Photographies réalisées avec une pellicule expirée Agfa Vista 400

Construction / encombrement

Loin d’être un ultra-compact, le Ricoh FF-8WR peut néanmoins se ranger facilement dans une poche intérieure. Entièrement de plastique, l’appareil propose un premier avantage en étant Weatherproof ! Comprenez qu’il résiste à la pluie. Un bon point de départ pour un appareil destiné à faire des panoramas durant vos expéditions.

Il est à noter que les boutons, dont le déclencheur, exploitent un plastique mou. Il est donc probable de les arracher, mais il faudrait le faire volontairement car le résultat est assez solide. De mon retour, il n’est pas plus ou moins désagréable que les employer.

Optique

Doté d’un grand angle de 28 mm ouvrant à f/4.5, le Ricoh FF-8WR n’est pas le plus lumineux du monde. Il fera d’ailleurs rapidement appel à son flash quand la météo décline. Mais il faut garder en tête qu’il n’est pas construit dans l’optique de faire de la photo de rue.

Afin de le protéger lors des trajets, l’appareil dispose d’une vitre en plastique en façade. De ma petite expérience ce n’est pas à son avantage. Confronté à un temps hivernal, j’ai constaté que de la buée s’infiltrait en interne de cette dernière. Surement en raison du fait que je l’avais proche de moi, dans une poche intérieure. En le sortant la baisse de la température a agi.

Autre problème avec cette vitre, elle impacte le piqué de l’appareil et voit des reflets de lumière si utilisé à contre-jour. Je ne parle pas d’une énorme dégradation, mais on sent que sans cela le résultat gagnerait en précision.

revue du ricoh ff-8wr
revue du ricoh ff-8wr

Exemple de la répercussion de la vitre de protection sur une photo. Face au soleil vous noterez un reflet en bas à gauche. C’est léger, mais présent. On remarquera aussi que l’appareil gère bien une source de lumière directe, le sujet central n’est pas sous-exposé. 

Pour en revenir à son autofocus, il est réellement rapide et discret. Pour une petite bête abordable, c’est agréable. Si son flash n’était pas sollicité si rapidement, il serait un bon compagnon dans la rue.

Le rendu des images

Si je parle de Lomography dans le titre, c’est que les images que j’ai pu voir sur ce modèle correspondent à ce que l’on peut attendre d’un boitier made in URSS. Le résultat voit son piqué se dégrader sur les rebords, avec parfois du vignettage. Cela semble dépendre surtout de l’ouverture retenue par le boitier. Car de ma séance l’impact me semble vraiment minime. Mais je l’ai faite un beau matin ensoleillé, le Ricoh FF-8WR pouvait s’exprimer à pleine capacité.

revue du ricoh ff-8wr
revue du ricoh ff-8wr

Modes

Automatique jusqu’au flash, il est possible également de le forcer avec le bouton en façade. Mais aussi de le bloquer. Néanmoins cette dernière fonction requiert de le garder enfoncé le temps de la prise. Il ne retient pas la sélection.

En plus de cela il est possible de profiter d’une fonction pour réduire les yeux rouges et bénéficier d’un retardateur. Vous pouvez également interrompre la pellicule avant la fin, en lui demandant de rembobiner le film. Ce que j’ai d’ailleurs dû faire, mais je l’expliquerai dans la partie concernant la prise en main.

revue du ricoh ff-8wr

D’ailleurs en faisant cela, le film n’ira pas totalement dans son logement. Il est donc facile de faire du film-swap avec !

revue du ricoh ff-8wr
revue du ricoh ff-8wr

“Panoramique”

Remettons dans le contexte, ce mode fut une tendance durant une période, par conséquent les constructeurs se sont jetés dans l’arène. Pourtant le Ricoh FF-8WR et le Nikon AF 600 ne le sont pas vraiment. Vous ne ferez pas une photo plus “large” sur le film. En réalité il s’agit simplement de l’ajout de bandes en haut et en bas.

revue du ricoh ff-8wr

Sans les bandes.

revue du ricoh ff-8wr

Et avec !

Ce qui rend la photo “panoramique” est finalement juste un changement de ratio. Beaucoup de compacts agissent de cette façon. Personnellement je trouve que cela peut avoir un sens si vous voulez créer un effet “cinéma” sur les clichés.

revue du ricoh ff-8wr

Vous excuserez la sur-impression lors du second passage. Je n’ai fait qu’une image en panoramique, trouvant son intérêt limité. 

Dans ce milieu il est important de noter que la plupart des modèles ne peuvent pas changer entre normal et panoramique, en cours de route. L’utilisateur doit choisir avant d’insérer la pellicule. Avec le Ricoh, nul besoin ! Il est parfaitement possible de jongler entre les deux sur un seul rouleau. 

revue du ricoh ff-8wr

Viseur

Avant de mettre son œil devant le viseur il faut signaler le seul indicateur de l’appareil. C’est à sa gauche que vous trouverez l’unique LED. Cette dernière indique la bonne mise en place de la pellicule, la mise sous tension ou hors tension, la mise en route du retardateur et le chargement du flash. Un élément important donc, que je détaillerai plus tard.

Pour en revenir au sujet, il dispose d’une taille correcte et montre les cadrages en fonction du mode utilisé. Les deux sont confondus, il faudra faire attention a quelle fonction on exploite. Car dans la lancée on a vite fait d’omettre que la zone d’impression est limitée par le mode Panorama !

revue du ricoh ff-8wr

Pour ne rien louper du blog, il te suffit de t’inscrire à la newsletter !

Chargement et prise en main

L’insertion de la pellicule est classique, il suffit de tirer un peu sur le rouleau, l’aligner sur les crans et refermer. Le moteur se chargera de terminer la manœuvre. Une approche rapide qui n’est pas forcément parfaite, je m’explique.

Si la pellicule est mal mise, la LED clignotera sans cesse, un indicateur simple. Seulement il m’est arrivé que la munition soit mal insérée et que la loupiote ne clignote pas. Pour le remarquer si cela arrive, il faudra faire attention au compteur qui n’avancera pas d’un iota.

C’est donc pour cela qu’une partie de ma pellicule a subi une double-exposition. J’ai dû rembobiner le film et le replacer. 

revue du ricoh ff-8wr

En dehors de cela son exploitation est rapide, un pur point & shoot. Le premier allumage vous demandera 2 à 3 secondes d’attente, mais les fois suivantes iront plus rapidement. L’autofocus et l’avancement sont rapides et le bruit de l’ensemble se situe dans la moyenne basse.

Le Ricoh FF-8WR dispose d’un mode économie de la batterie qui va éteindre l’appareil au bout de 10 minutes, si on ne l’utilise pas. Un système encombrant que l’on peut vite oublier lors d’une session.

Maudit flash

Surement le plus gros point noir au tableau. Il n’est pas possible de prédire quand le flash sera utilisé. Et l’ouverture étant limitée on va souvent par précaution maintenir le bouton de blocage du flash, pour éviter les surprises.  Malheureusement cela rendra la prise en main peu confortable concernant le maintien de l’appareil. Un mauvais point donc si vous cherchez à le contrôler.

Une dernière chose concernant le transport de l’appareil. Même si son format n’en fait pas un ultra-compact, son poids le rend très agréable à garder sur soi. Il ne devrait pas vous handicaper, par exemple, dans un sac déjà chargé. Aussi son aspect rondouillard ne le rend pas “glissant” au maintien. Un petit renfoncement dans le moule profite au majeur.

En Conclusion sur le Ricoh FF-8WR

J’apprécie

  • La construction weatherproof.
  • La possibilité de changer entre normal et panorama en cours de route.
  • La rapidité d’exécution.
  • Le chargement rapide.
  • La motorisation relativement peu bruyante.

Je regrette

  • L’ouverture à f/4.5 faiblarde.
  • La taille dans la moyenne haute.
  • Le bouton stop flash qui nécessite de le maintenir.

Quelques alternatives

Trouver le Ricoh FF-8WR sur eBay