On continue la découverte des compacts de la scène argentique (oui, j’ai un faible pour cette catégorie). Et on poursuit avec un concurrent direct du Konica Big Mini F. Lui aussi rare en Europe et avec un argus haut. Mais, vous allez vite vous en rendre compte, il a des petits détails qui vont le placer dans les argentiques uniques. Partons donc faire un tour d’horizon du Fujifilm Silvi F2.8, qui n’a pas terminé d’augmenter.

Revue du Fujifilm zoom date silvi f2.8

Le principe de la revue rapide, par rapport au format classique, est simple. Je fais le tour d’horizon de l’appareil, mais sans le tester avec pellicule. La boutique me permettant d’avoir beaucoup d’appareils photo argentiques, dans les mains. Mais sans posséder le temps de faire un rouleau.

Du point de vue de la fiche technique

  • Dimensions :  105 x 57  x 37  mm
  • Poids (nu) :   170 g
  • Optique / Monture : 24 – 50 mm
  • Mode(s) : Automatique
  • Focus minimum : 0,35 m
  • Obturateur :  1 s  à 1/350 s
  • Ouverture : F/2.8 à F/16
  • ISO : 50  à 3200
  • Autofocus : oui
  • Flash : interne
  • Retardateur : oui
  • Batterie : 1x CR2

Construction / encombrement

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je souhaite préciser qu’il existe une version noire du Fujifilm Silvi F2.8. Elle est encore plus rare, car initialement réservée au marché japonais. De ce fait, les inscriptions sont en Kanji. Si vous tombez dessus, vous aurez donc affaire à une rareté sur nos terres.

Revue du Fujifilm zoom date silvi f2.8
Revue du Fujifilm zoom date silvi f2.8

Pour reprendre sa construction, nous avons donc un argentique petit, compact, léger, il est sans surprise en plastique. Il rentrera sans aucun problème dans la poche de votre pantalon. L’ensemble présente un assemblage exemplaire, sans craquement.

Une prise en main agréable

Avec son poids plume, et son petit format, le Fujifilm Silvi f2.8 tiens facilement d’une main. Il est d’ailleurs imaginé dans cette optique. Les commandes tombent sous le pouce. Que ce soit la gestion du zoom, ou du pad, permettant le contrôle des options.

Revue du Fujifilm zoom date silvi f2.8

Ce dernier qui fait le lien avec son bel écran spacieux, qui plus est rétroéclairé ! la navigation est rapide, facilement lisible. Je dois dire être séduit. C’est un petit plaisir à exploiter. De base, l’écran sera allumé en vert, mais passera en orange, pour signifier qu’il est en attente des instructions de son utilisateur.

Une fonction originale !

Ce qui va choquer rapidement, c’est la présence de 2 déclencheurs sur la tranche haute ! Un choix justifié, car le Fuji est conçu aussi pour les selfies ! Celui de gauche doit permettre de se prendre caméra face à soi (pour les droitiers). Mais on peut aussi considérer qu’il aidera les gauchers, ou tout simplement offrira l’occasion de faire une photo, si votre main droite est déjà prise.

Revue du Fujifilm zoom date silvi f2.8

Entre les deux déclencheurs, un bouton avec un pictogramme montrant une personne face caméra. C’est le “self snap mode” qui permet d’activer le préfocus. Pour que ce dernier fasse la mise au point, plus rapidement, au moment du déclenchement. Bien entendu, même sans ce dernier, l’appareil fait la mise au point. Mais il faut alors plusieurs essais, avant que l’autofocus trouve le bon palier de distance. Disons que ça permet de faire la photo, de façon plus fluide, si c’est sur le vif. Pas besoin de “bourrer” le déclencheur jusqu’à ce qu’il soit ok.

Dernier point, dans l’idée de se prendre en selfie, il y a un tout petit miroir entre les capteurs de l’autofocus. Il est présent pour vous permettre de vous cadrer, sans assistance. Mettez-vous au centre et vous le serez également sur la photo. Simple et pratique !

Revue du Fujifilm zoom date silvi f2.8

Optique

In da street…

Avec une focale de base à 24 mm, le Fujifilm Silvi F2.8 rentre dans les petits papiers des photographes de rue. Rejoignant, par exemple, les Nikon AF600 et Ricoh R1. Un grand angle est souvent favorisé par ceux aimant photographier en ville. Les sujets étant mouvants et pouvant être très proches de son utilisateur. C’est aussi vrai pour capter la grandeur des bâtiments par exemple.

C’est d’ailleurs à cette valeur que vous pourrez exploiter l’ouverture de f/2.8. Mais comme pour beaucoup de compacts, ce dernier va prioriser la vitesse, à l’ouverture, dans des conditions peu lumineuses. Il sera donc possible d’en profiter qu’en ultime recours, flash désactivé.

Revue du Fujifilm zoom date silvi f2.8

…and beyond

Mais cela ne s’arrête pas ici ! Alors que les concurrents tournent avec des focales fixes. Le Fuji, lui, propose un zoom allant jusqu’à 50 mm ! Si sélectionné, il ouvrira alors à f/5.6. Encore une fois, l’ouverture étant secondaire, cela aura peu d’impact sur le résultat. Si on veut du bokeh, on ne visera pas ce type d’appareils.

Un petit point à souligner, le Fujifilm Silvi F2.8 présente un fort vignettage. Un simple regard sur les photographies de la communauté, via Instagram, le montre. Si vous n’aimez pas cela, passez votre chemin.

Modes

J’enfonce une porte en vous informant que ce dernier est automatique. Il reprend les fonctions de bases utiles, comme la gestion du flash et le retardateur. Vous pouvez aussi ajouter une datation à vos photos, si cela vous est utile.

En plus de l’autofocus, le Fujifilm Silvi F2.8 comporte un mode focus infini. Bien qu’initialement prévu pour la prise de paysage, il peut être utile pour capter rapidement un sujet au travers d’une vitre. Et cela sans coller l’optique contre le verre, pour éviter que l’autofocus se focalise sur le premier plan.

Revue du Fujifilm zoom date silvi f2.8

La cerise sur le Mc Do

Cela vous aura sauté aux yeux, mais à coté du bouton d’allumage, se trouve la fonction “Quick Shot”. Toujours dans l’idée d’assurer un temps d’éxécution rapide, le Fujifilm Silvi F2.8 permet, via ce mode, de bloquer l’optique pour garantir l’hyperfocale ! Elle peut s’assimiler à la fonction “snap” des Ricoh GR. Un atout pour la rue une nouvelle fois. Mais attention cette dernière ne marche que si vous gardez la focale de 24 mm.

Revue du Fujifilm zoom date silvi f2.8

Viseur

Peu de choses à dire sur cette partie. La taille est correcte sans être la plus confortable. Pas de correcteur dioptrique, une option appréciable, surtout si on paie le prix fort. Mais beaucoup ne le proposent pas aussi.

La correction de la parallaxe est de la partie, pour le reste une diode à droite indique que l’appareil sera en vitesse lente.

Revue du Fujifilm zoom date silvi f2.8

Découvrez la newsletter du site !

Recevez les nouvelles annonces de la boutique, 2 heures avant les réseaux sociaux ! Ainsi que les nouveaux articles du blog. Directement par mail.

En Conclusion sur le Fujifilm Silvi F2.8

J’apprécie

  • Petite taille, ultracompact !
  • Présence du zoom, pour la polyvalence
  • 2nd déclencheur pour l’exploiter, même de la main gauche
  • confort de l’écran de contrôle, avec le pad
  • mode “Quick shot” pour la rue

Je regrette

  • Motorisation du zoom assez forte.
  • Ouverture à f/2.8 sous-exploitée

Quelques alternatives

  • Pentax Espio 24EW
  • Ricoh R1
  • Ricoh GR1
  • Nikon AF600